Haut les pattes – Ne tirez pas!

Posté le 29/03/2015

Le voici finalement mon article sur la coupe de griffe. En fait, il est écrit depuis un bon bout de temps, mais je me devais de doser un peu sur un sujet qui me tient tellement à cœur. Pardonnez-moi tout de suite d’être un peu trop directe parfois! 

L’article comporte deux volets :

Le volet physique comprend la coupe et les implications lorsque les griffes ne sont pas entretenues.  Bien que le volet physique me tienne beaucoup à cœur, c’est le volet psychologique de l’affaire qui revêt pour moi une importance primordiale. C’est d’ailleurs ce qui vient me chercher lorsque je reçois un petit toutou effrayé de se faire toucher les pattes.

Les griffes doivent être entretenues de façon régulière. Elles sont semblables à nos ongles et poussent de façon continue. À moins d’avoir un gros chien qui marche beaucoup, tire, creuse, joue et donc qui usera ses griffes naturellement, les chiens devraient avoir une coupe de griffes environ tous les mois. 

Des griffes qui ne sont pas entretenues régulièrement peuvent entraîner divers problèmes. Entre autres, elles peuvent se recourber dans le coussinet causant blessures et infections. On pourrait aussi noter un changement de la morphologie de la patte et des orteils crochus modifiant la démarche avec le temps. Dans certains cas extrêmes, on parle même de fracture.

Dans le cas des chiens à poil plutôt long, il y a également un risque de se coincer une griffe trop longue et recourbée dans un des nœuds de son pelage en se grattant. Les égratignures sont aussi plus faciles à survenir pour lui, pour vous et pour les membres de votre famille. Dans tous les cas, un mot revient: inconfort, voire douleur.

Internet est rempli d’images plus ou moins difficiles à regarder. Je vous les épargne, mais en voici tout de même une un peu moins dérangeante, démontrant l’effet d’une griffe trop longue sur les os et articulations de votre toutou. Vous pouvez voir ici que la pression exercée sur la griffe pourrait, dans un cas extrême, mener à une fracture.

 

Petits conseils pour effectuer une coupe de griffe sécuritaire tout en douceur

Couper les griffes de votre chien (ou chat) si elles sont blanches est assez facile lorsque l’animal collabore. On évite alors de couper dans la partie « rose ». On privilégie le bon angle et le tour est joué. Évidemment, ça se complique un peu dans le cas d’une griffe noire, mais avec patience et pratique, on y arrive aussi.  L’important est d’y aller doucement pour justement ne pas couper dans la partie « rose » qu’on ne voit pas lorsque la griffe est noire. Moins on coupe souvent, plus la veine allonge. Plus la veine allonge, moins on peut couper court! Un cercle vicieux pratiquement impossible à renverser.

Comme pour toutes les autres manipulations, n’allez pas au-delà de ce que l’animal peut supporter. L’expérience doit rester positive.  Généralement, les pattes arrières sont plus faciles, vous pourriez alterner entre l’avant et l’arrière pour faciliter le travail.  Et pourquoi ne pas couper les griffes en plusieurs sessions si nécessaire, surtout au début.  Une pause pour le chien et une pause pour vous :)

 

Assurez-vous d’avoir les bons outils avant de vous y mettre :

  • Coupe-griffe de qualité - un coupe griffe de moindre qualité pourrait écraser la griffe plutôt que de couper de manière franche… pensez à un couteau de cuisine mal aiguisé comparativement à un couteau affuté sur une tomate!
  • Poudre styptique - pour arrêter les saignements si nécessaire,
  • Lime - pour adoucir le tout.  Pas obligatoire, mais bien agréable!
  • Et bien sûr, les super-récompenses!

Vous hésitez encore? Si vous n’êtes pas à l’aise, votre animal le sentira et réagira à votre stress. Prenez rendez-vous chez Flair Allure pour une petite session information/coupe de griffe! Peut-être la prochaine fois serez-vous en mesure de le faire!

 

Démystifions de vieux mythes

Maintenant le volet psychologique de l’affaire. C’est ici que je deviens passionnée! C’est ici aussi que je démystifie je l’espère, de vieux mythes. C’est « normal » que le chien ait peur, qu'il veuille retirer sa patte. C’est « normal » qu’il veuille détruire le coupe-griffe ou notre main. C’est « normal » qu’il se sauve à la simple vue du coupe-griffe ou à l’opposé, qu’il s’écrase apeuré dans un coin.

Bien que ce soit courant, on ne peut qualifier ces réactions de normales et elle ne sont certainement pas souhaitables.  Oui, on peut couper les griffes sans avoir à batailler avec son chien et c’est ici que je dis « haut les pattes, ne tirez pas! »  Il n'est pas nécessaire de tirer les pattes! Il est bien plus agréable d’avoir la confiance d’un chien qui collabore plutôt qu’un chien qui cherche à fuir ou à mordre. Et puis, à force de tirer les pattes pour couper les griffes, éventuellement, c’est la brosse sur les pattes qui sera un problème, puis peut-être la brosse tout court. Tout est question d’association, négative dans ce cas.

 

Transformer l’expérience pour rendre la manipulation plus agréable pour pitou et vous

Évidemment, il faut bien tenir la patte pour éviter que le chien bouge au moment où l’on coupe la griffe et ainsi éviter blessures et saignements. On veut créer une association positive pour que le chien nous permette de bien tenir sa patte, de façon sécuritaire, pour procéder à la coupe. Réduire la peur ou l’agressivité du chien demande temps, patience et de bonnes connaissances du langage canin, mais c’est possible.

Se sauver à la vue du coupe-griffe, se retourner pour le mordre, c’est ce que mon petit Casper faisait auparavant. Plus maintenant. Il a toujours une certaine crainte ou sensibilité, mais j’ai réussi à transformer son émotion vis-à-vis de cette manipulation (désensibilisation) en utilisant le renforcement positif. Maintenant, coupe-griffe en main, je l’appelle, il prend la décision de me rejoindre et monte sur la table de toilettage de son propre gré. Il sait ce qui l’attend, mais arrive tout de même en courant!

Chaque fois qu’un chien vient me voir pour ses griffes et que je vois sa réaction de peur ou d’agressivité, je suis triste. Ne serait-il pas souhaitable que le chien apprenne à tendre volontairement sa patte plutôt qu’à la retirer, la cacher, se coucher dessus? À la laisser dans notre main plutôt qu’à essayer de mordre le coupe-griffe?

 

Les chiens ressentent les émotions

Les recherches récentes démontrent que les chiens ont l’intelligence d’un enfant de 2 ans. Qu’ils ressentent des émotions, de la douleur, qu’ils peuvent apprendre plus d’une centaine de mots et prennent des décisions. Pourquoi continuer à faire comme si le chien ne ressent rien, comme s’il était une chose ou pire, une « race inférieure » non digne de compassion et d’égards, une espèce animale qu’on peut faire souffrir inutilement?

Dans le milieu du toilettage, plusieurs diront que c’est plus long, qu’ils n’ont pas le temps. Oui, c’est vrai au début. Apprendre de nouvelles techniques, connaître le langage canin (le vrai), demande investissement, temps et formation. Les premières coupes de griffes seront certainement plus longues, mais c’est tellement plus valorisant de savoir qu’on ne cause pas de douleur ou de peur au beau toutou en face de nous, qu’on transforme son expérience! Éventuellement, votre technique change, le chien change aussi et sera beaucoup plus facile à manipuler. Voilà, la coupe de griffe n’est pas plus longue qu’« avant »! C’était mon appel à ceux voudraient travailler autrement - c’est possible!  Informez-vous, formez-vous! Vous travaillerez le cœur léger.  Promis.

 

La collaboration chien-humain mène bien plus loin que la domination

Bien que l’humain résiste souvent aux changements, il réfléchit et évolue.  Pensez aux gauchers qui se faisaient taper sur les doigts à l’école. Imaginez si les connaissances n’avaient pas évolué, si nous avions résisté à ce changement! Les enfants se feraient encore taper sur les doigts, anticiperaient la douleur plutôt que d’être dans un état calme favorisant la création et l’apprentissage. Drôle d’analogie? Pas tant que ça.  Les chiens anticipent aussi la douleur, l’inconfort de la coupe de griffe et ne peuvent apprendre dans la peur. L’évolution, la science, les connaissances nous font avancer et les connaissances en comportement canin évoluent et sont aussi basées sur la science.  L’époque de la domination est révolue!

Changer et adapter ses méthodes n’est pas admettre qu’on a fait erreur toute sa vie. Apprendre de nouvelles méthodes modernes, basées sur la science et les connaissances, c’est chercher à s’améliorer et à aider nos amis à quatre pattes. 

Pour améliorer l’expérience « griffe » de votre fidèle compagnon, rappelez-vous que pour changer une émotion négative bien ancrée, le temps, la patience, la douceur et les récompenses sont des facteurs de réussite.  Dans notre monde axé sur les résultats rapides, on oublie que la peur est une émotion très forte et donc longue à modifier. Prenez votre temps!

Vous ne vous sentez pas prêt à vous lancer, ne savez pas exactement « quand-comment-combien » récompenser pour changer l’émotion vis-à-vis le coupe-griffe? Prenez rendez-vous pour une consultation.  Il me fera plaisir de travailler avec vous et votre toutou pour améliorer son expérience.

 

Bonne coupe de griffe et… ne tirez pas! :)

 

 

Partagez l'article!