Un toilettage différent

Posté le 10/10/2014

En quoi est-ce que le renforcement  positif en toilettage est si important ?

Dans cet article, il sera question de renforcement positif en termes généraux et en lien avec le toilettage. Je traiterai des bienfaits du renforcement positif pour le chien, le maître et bien sûr pour la toiletteuse.  Pour avoir plus de détails sur tous les aspects du renforcement positif (R+) en éducation canine, sur la désensibilisation, le contre-conditionnement, les signaux d’apaisement, etc., vous trouverez sur le web plusieurs sites et articles d’intervenants canins utilisant ces méthodes.  Vous en retrouverez d’ailleurs un certain nombre sur ma page Facebook, dans la section « aimé par cette page ».  J’y partage aussi régulièrement vidéos et articles publiés par toiletteurs et éducateurs canins québécois utilisant cette approche.  Et bien sûr, nous pourrons aussi en parler lors du toilettage de votre toutou ou lors d’une consultation pour un problème donné, lié au toilettage. 

Les trucs et conseils que vous retrouverez dans cet article ou d’autres à venir, sont des techniques que j’utilise tant pour des chiens qui sont déjà très à l’aise pendant le toilettage afin de renforcer les bons comportements, que pour des chiens ayant des craintes vis-à-vis certaines étapes du toilettage afin de transformer une émotion négative en moment confortable, voir même agréable.  Il est à noter que des techniques mal appliquées pourraient amplifier un problème bénin alors n’hésitez pas à demander conseil lors de votre prochaine visite.

Le renforcement positif, la désensibilisation en toilettage, qu’est-ce que ça change?

En fait, ça change tout.  De l’accueil à la sortie, en passant par toutes les étapes, le toilettage doit se faire dans le respect et en collaboration avec votre animal, sans utilisation de force, de  soumission ou de techniques aversives et dans un environnement adapté.  Le bien-être, le respect de votre chien, ses peurs, ses limitations physiques et psychologiques sont au centre de toutes mes interventions.  Les toutes premières minutes de la rencontre avec votre animal sont primordiales pour moi. Dès son arrivée, j’établi un contact avec celui-ci…paradoxalement, le plus souvent c’est en lui laissant de l’espace!  Il découvre par lui-même les lieux, à son rythme.  Il expérimentera alors une expérience positive dès son arrivée. Pour que le lien s’établisse entre nous, la confiance doit être au rendez-vous. 

Par ailleurs, contrairement à ce qui est souvent véhiculé, les chiens ne répondent pas tous de la même façon aux stimuli générés par les friandises et c’est encore plus vrai si votre chien est un peu anxieux, stressé. C’est pourquoi, je privilégie les récompenses sous toutes ses formes (jeux,  parole, touché et pauses) afin d’établir ce lien qui est très important pour la suite des choses.  Une récompense est donc un mélange de tout ceci, dépendamment du chien et de sa réaction face aux diverses étapes de toilettage. La récompense devient donc l’outil qui me permet d’amener votre animal à changer sa réaction vis-à-vis la coupe de griffe, le bain, le séchoir, etc.,  en créant une association positive.  Pour ce faire, le bon « timing » et la  patience sont des éléments primordiaux. La coupe de griffe deviendra alors pour votre chien un moment positif ou du moins acceptable, car il sera associé à la réception d’une friandise alors que le bain pourra être associé à un moment de jeu avec sa balle préférée. Il faut savoir identifier ce que votre chien considère être une récompense. D’ailleurs, n’hésitez pas et apportez LA friandise et LA balle préférée de votre toutou à son prochain toilettage!   

Voici un exemple concret qui illustre mon propos. Mon petit Casper :) n’aime pas, que je touche le bout de ses pattes, comme plusieurs chiens d’ailleurs. Que ce soit lors du brossage, du soin des coussinets ou de la coupe de griffe, il retire sa patte, recule. Effrayé, stressé, il a même déjà essayé de mordre le coupe-griffe. La cause de cette peur m’est inconnue.  Une hyper-sensibilité, une mauvaise expérience passée?  Je ne peux le savoir avec certitude, mais il m’est possible de transformer sa réaction vis-à-vis ces manipulations, en expérience acceptable en associant ces étapes avec quelque chose de positif. Pour Casper, les friandises, même ses préférées, ne fonctionnent pas lorsqu’il est stressé. Dans son cas, le processus a été long et les exercices nombreux.  Il faut être patient, ne pas dépasser la limite du chien, récompenser au bon moment, rester calme, recommencer encore et toujours terminer les exercices par une réussite pour que la prochaine fois, le « souvenir » en terme humain, ou l’association pour le chien, soit positive, agréable.

Après plusieurs toilettages et exercices, Casper n’a maintenant que de très légères réactions lorsque je touche ses pattes.  Pour moi, c’est un petit miracle, mon chien n’a plus peur comme avant.  Je peux sentir ses muscles se détendre en quelques secondes.  Si je lui dis « en bas », en lui indiquant l’escalier menant au salon de toilettage, il descend au sous-sol en courant.  Pourtant…il sait bien que c’est pour son toilettage ou sa coupe de griffe.  Mais il y court et attend patiemment que je l’installe sur la table de travail.

Quand je compare les étapes surmontées et le progrès, j’en ai des frissons!  Auparavant, il s’enfuyait dès que je sortais le coupe-griffe, même en le récompensant de ses friandises favorites.  Il n’avait aucune confiance en cette expérience.  Je dois toujours être à l’écoute de ses signaux et le récompenser au bon moment mais maintenant, l’association griffe-récompense est acquise pour lui et représente une activité qui n’est plus menaçante.  Lorsque je termine sa coupe de griffe, Casper n’est même pas empressé de descendre de la table. Ça m’émerveille chaque fois!  Si aujourd’hui, Casper se prête de son plein gré au toilettage, il en aurait été autrement si j’avais utilisé des techniques dites traditionnelles de toilettage*. Il est assuré que celui-ci se sauverait encore à la vue du coupe-griffe puisqu’il n’y aurait pas eu de lien de confiance établi en lien avec cette étape, seulement de la peur et de l’anxiété. Il en résulterait  long moment de stress pour lui comme pour moi.

Il va s’en dire qu’il s’agit d’un toilettage un peu plus long, surtout les premières visites.  Est-ce plus difficile?  Ça demande certainement plus d’attention, de patience, d’écoute vis-à-vis du « langage » du chien et bien sûr d’amour.  En retour, le chien devient beaucoup plus calme et confortable, et avec le temps les manipulations sont plus faciles. Le chien comprend qu’il n’a rien à craindre et tout à gagner en récompense et il collabore! Votre pitou sera heureux de vous voir arriver et heureux de revenir ;)

Est-ce que ce genre de toilettage convient à mon chien si celui-ci n’a pas de craintes ou d’aversion pour le toilettage? 

Super!  Les mêmes méthodes sont utilisées pour renforcer les bons comportements, au bon moment. Le toilettage devient alors une partie de plaisir, car votre pitou participe!  C’est d’ailleurs le but ultime de l’exercice, une belle collaboration, une expérience positive pour tous.

Promouvoir de nouvelles méthodes de toilettage, plus modernes, plus douces et en accord avec mes valeurs fait maintenant partie de mon quotidien.  Ceux avec qui j’ai travaillé dans le passé savent combien il est important pour moi de contribuer en partageant mes connaissances, ma passion.  Cette nouvelle carrière dans un domaine que j’adore n’a qu’amplifié ce besoin de partage et je compte bien continuer longtemps avec vous :) 

Prochain article à venir : « Le brossage – pourquoi c’est important pour tous les chiens et comment amener votre animal et vous-même à l’apprécier ».

Annie

*Lire l’article précédent intitulé « L’école, le hasard, le destin ou l’instinct » pour une note importante sur le type de toilettage.

En Photo!

Partagez l'article!